Une startup constitue la mémoire de l’humanité depuis Palmyre

Publié le par  -

La jeune société française Iconem a transformé un drone capable de créer de la mémoire virtuelle en 3D et de l’archiver pour l’éternité. Les trésors deviennent éternels si l’on se dépêche de les scanner!

En août 2015, les terroristes d’Isis (déesse funéraire  de l’Egypte antique)  explosaient ce que les siècles avaient sauvegardé : les vestiges des temples de Bel et de Baalshamin, divinités araméennes, se dressaient dans le désert syrien.

Apres une prise de conscience environnementale qui se réunit chaque année dans la Conférence des Parties (COP),  notre société découvre l’importance de préserver, à tout prix, le patrimoine menacé de l’humanité. La Réunion des Musées Nationaux n’a pas manqué l’an dernier ce rendez-vous pédagogique et artistique durant l’exposition visionnaire : “Sites éternels”, dans une salle du Grand Palais qui exploitait les images uniques capturées et reconstruites à temps par Iconem.

Pour honorer leur splendeur disparue, l’historien Paul Veyne est aussi revenu sur une cité au carrefour multiculturel et marchand de l’empire gréco-romain. La singularité de Palmyre est l’héritage des Romains qui, certes conquérants, répugnaient à imposer un mode de vie, l’hellénisme. Palmyre s’hellénise parce qu’elle se reconnaît dans le raffinement de cette culture. « Nous oublions souvent que la modernisation par adoption de mœurs étrangères joue dans l’histoire un rôle encore plus grand que le nationalisme » rappelle Paul Veyne dans son livre : “Palmyre, l’irremplaçable trésor”.

La prise de conscience va se poursuivre dans chacun des pays qui accueillera des expositions mémorielles, comme celle de Palmyre.